Pour les vacances, pour un Week-end en famille ou autres, vous vous posez des questions, peut-on prendre l’avion avec un bébé ? Comment s’organiser ? Est-ce déconseillé ? Préparez-vous au mieux pour ce déplacement avec votre tout petit.

avion 
boeing avec bébé
Avion avec bébé

A partir de quel âge un bébé peut-il prendre l’avion?

Actuellement, les recommandations des sociétés de médecine préconisent d’attendre une semaine. Ainsi, un nouveau né de 7 jours pourrait déjà prendre, si nécessaire, un vol court. Le délai est choisi de telle façon que l’on puisse connaître l’état général de l’enfant. Il faut pouvoir affirmer que le bébé soit en bonne santé.

Ce laps d’une semaine ne concerne pas tous les enfants. Et ce n’est pas si simple. Dans la mesure du possible, attendre un an révolu serait préférable.

Tout d’abord, ce délai ne s’applique que pour les bébés en bon état général. S’ils sont nés à terme, et ne présentent ni problème orl, ni respiratoire.

Ensuite, pour les enfants prématurés (moins de 32 SA avec problèmes pulmonaire), il serait préférable de renoncer à prendre l’avion la première année. Si cela est impératif, veillez à consulter un spécialiste. Il pourra vous donner son accord de principe et des consignes à suivre. De ce fait, pour les autres enfants prématurés sans problème, ou présentant des difficultés orl ou respiratoires, un avis médical est vivement conseillé.

Référence : Paeditrica Vol.21 No.1 2010

Pourquoi faut-il prendre des précautions avant de prendre un avion avec bébé ?

Outre le côté organisation, la pratique d’un vol et en dehors du fait qu’un vol court soit bien moins long qu’un trajet en voiture, les changements de pression ne sont pas anodines chez un bébé.

Effectivement, avant l’âge d’un an, diverses difficultés se posent.

Changement de pression

Pas toujours agréable pour un adulte, ces changements de pressions sont un défi pour nos petits. A chaque variation de pression, notre corps doit s’adapter. Lors d’un vol, le décollage et l’atterrissage sont assez violents en changement. En effet, pour s’acclimater, les trompes d’Eustache jouent un rôle primordial d’équilibration. Il s’agit d’un relai entre les voies respiratoires supérieures et les oreilles. Or avant un an, les voies respiratoires sont plus étroites, les trompes d’Eustache ont plus de problème à réguler la pression. Par conséquent, les tympans sont sous pression, peuvent se bomber et créer une douleur vive équivalente à une otite. Votre bébé ne supportera pas le changement de pression s’il est encombré, ou avec des soucis ORL (otite ou autre). De plus, ces changements de pression peuvent, entre outre, être responsable de désagrément digestif, spasmes et ballonnement chez le bébé.

Saturation en oxygène

Ensuite, dans la cabine d’un avion volant de 9’000 à 12’000 m, la pression est maintenue artificiellement pour ne pas subir le manque d’oxygène lié à l’altitude. Cependant, dans notre environnement, sauf si on vit en haute montagne (au delà de 2000m), la concentration en oxygène est de 21%. Il s’agit de celle à laquelle nous sommes habitués. Dans une cabine d’avion, cette concentration tombe à 15 ou 17%. Certains adultes peuvent avoir « le mal d’altitude ». Chez les jeunes enfants, le risque est l’hypoxémie. C’est à dire que le taux d’oxygène dans l’air n’est pas suffisant pour leur assurer une saturation convenable en oxygène. On parle de discordance entre la ventilation et la perfusion. En conséquence, les petits ne sont pas toujours capable d’adapter leur respiration en fonction de la concentration en O2.

Effectivement, l’hypoxémie prolongée ou répétée peut avoir des conséquences importante. En cas de bébé à risque, prématurés, problèmes ou fragilités respiratoire, un médecin pourra vous indiquer la conduite à tenir si nécessaire.

Hygrométrie de l’air en cabine

Enfin, du fait du maintien de la pression artificielle en cabine, l’air est très sec. En parallèle, avec la baisse du taux d’oxygène dans l’air, bébé doit respirer plus rapidement pour s’approvisionner et maintenir sa saturation correcte. Pour ces raisons, air froid et sec, les risques d’obstruction des bronches après un vol est plus conséquent.

cabine d'avion
Voyage en cabine

Comment rendre le vol en avion moins difficile physiquement pour bébé ?

Pour limiter les problèmes liés aux variations de pression atmosphérique en avion

Pour un adulte, ce n’est pas compliqué et même instinctif. En baillant, mastiquant un chewing-gum, nous régulons nos pressions au niveau des trompes d’Eustache. Bébé, lui, doit téter. Si vous allaité, proposez lui le sein régulièrement. Si bébé prend le biberon, je vous conseille plutôt de lui faire boire régulièrement un peu d’eau que le lait. En général, bébé englouti son bib, et c’est trop rapide pour permettre de réguler au décollage ou atterrissage.

Si votre petit bout prend son pouce ou la tétine, il régulera sa pression de lui-même, pas de souci pour cela.

Afin de limiter les conséquences liées à la qualité de l’air

Dans cet environnement où l’air est sec, nettoyez le nez de bébé avant, après et pourquoi pas au cours du vol si vous le jugez nécessaire avec du liquide physiologique.

Si bébé a des soucis respiratoires ou ORL, il est enrhumé

Dans ce cas, consultez votre pédiatre quelques jours avant pour traiter votre enfant. Prévoyez toujours une assurance annulation qui puisse englober l’annulation des participants en cas de problèmes de santé d’un d’entre eux. Repoussez votre déplacement si nécessaire.

En cas de doute

Si vous n’êtes pas sûrs de vous, n’hésitez pas à consulter votre médecin avant de risquer de transformer le voyage en cauchemar pour votre bébé.

Astuces pratiques afin de vous rendre l’organisation plus simple et moins stressante

bébé dans valise en avion

Billet et installation bébé dans l’avion

  • Pensez à prendre ou faire faire des papiers d’identité pour votre bébé. Si vous restez à l’intérieur de l’espace Schengen, la carte d’identité suffira. Au delà, demander un passeport pour votre enfant. Attention au délai pour obtenir des papiers d’identité. Le livret de famille ne suffit pas pour la plupart des compagnies aériennes.
  • Lors de vos réservations de billet, n’oubliez pas que même si votre bébé reste sur vos genoux, il faut l’enregistrer. Sinon vous risquez de vous faire rejeter de l’avion par la compagnie.
  • En fonction des compagnies, le vol de bébé peut être offert. En général, avant 2 ans, votre petit peut se contenter de rester sur vos genoux. Vous aurez, alors, une ceinture adaptée pour bébé.
  • Egalement, vous pouvez réserver un siège individuel pour installer un siège auto à côté de vous, mais cela à un coup, bien sûr, plus important. Cependant, cela dépend aussi du modèle de l’avion.
  • Pour certains vols longs courriers, des avions sont équipés de berceaux. Ces derniers, en général adapté pour des bébés de moins de 10 kg et moins de 70 cm, peuvent se réserver à l’avance. Il est nécessaire, puisqu’il se fixe à la cloison, de réserver les sièges correspondants. Si vous n’avez pas peur du risque, vous pouvez aussi tenter d’obtenir ces places et le couffin en arrivant dans les premiers pour l’enregistrement mais cela est risqué.
  • Au delà de 2 ans, votre enfant aura son siège. Je vous conseille de choisir à proximité du hublot, il faut avouer que nos petits voyageurs s’émerveillent devant cette vue unique. Cela permet aussi de passer le temps.
  • A choisir un horaire de vol, prenez celle où votre enfant patientera le plus : le matin, ou à la sieste, voire la nuit. Fin de journée, bébé peut être plus grincheux.

https://www.airfrance.fr/FR/fr/common/guidevoyageur/assistance/voyager_enfants.htm

Votre arrivée à l’aéroport de départ

Si vous partez en famille, seul, ou avec plusieurs enfants, assurez vous d’être là au moins 3h à l’avance. Entre enregistrement, se déplacer avec des jeunes enfants, bagages, une couche à changer, l’envie de pipi, ou de manger de dernière minute, nous ne sommes jamais assez prudents ! Dans la mesure où vous pouvez vous épargnez un stress inutile, n’hésitez pas !

Selon les compagnies aériennes, le transport de la poussette peut parfois se faire en cabine ou l’on peut vous prêter une poussette si la vôtre est en soute. Vous fatiguerez moins à porter bébé plus les bagages au moins pendant cette longue phase de transition.

Signalez vous pour l’embarquement. Les familles avec de jeunes enfants sont prioritaires pour s’installer et évitez de nouveau une attente inutile avec des touts petits.

Pendant le vol

  • Prévoyez dans le sac de cabine de bébé : quelques jouets, un change pour bébé et pour vous aussi, des médicaments d’urgence (avec ordonnance et carnet de santé), de quoi le nourrir suffisamment et une petite couverture voire un petit bonnet pour ne pas subir les désagréments des ventilations.
  • Prenez un biberon d’eau pour faire boire bébé pendant le vol mais aussi au décollage et atterrissage. Ainsi, téter aidera votre bébé à réguler les pressions au niveau des trompes d’Eustache. De cette manière, les tympans seront moins douloureux.
  • Le porte bébé peut aussi, en dehors de l’attente en aéroport, vous être très pratique si vous devez vous déplacer dans l’allée pour apaiser votre enfant.
  • Pour changer la couche, même si les toilettes ne sont pas pratiques et même carrément supers étroits, vous y trouverez un plan à langer.
  • Pas de panique si votre bébé pleure, c’est sûr que ce n’est pas confortable pour les autres passagers mais un bébé reste un bébé. C’est son unique moyen de communication en cas d’inconfort. Plus vous vous stresserez, plus votre bébé le sera et donc, pleurera… Il est donc préférable de rester calme, bercer votre tout petit et si besoin, marcher un peu dans l’allée. Et puis ce n’est pas pire que des gens qui parlent forts ou ceux qui ronflent et j’en passe…

En conclusion, prendre l’avion avec un bébé est tout à fait possible. Si l’on peut attendre ses 1 an, c’est mieux, mais il existe des solutions pour aider les tous petits à supporter un vol en avion. Certes, cela demande une sacrée organisation pour pouvoir partir sereins. Mais les compagnies aériennes vous aideront, ne vous inquiétez pas ! Alors bon voyage et bonnes vacances avec bébé !

Autre sujet: Bébé à la plage: à quoi faut il faire attention ?


Estelle
Estelle

Masseur kinésithérapeute diplômée d'Etat et ostéopathe , je suis surtout une maman passionnée par tout ce qui tourne autour de la natalité et parentalité.