stéthoscope et jeux enfants bronchiolite

Consultation de kinésithérapie dans le cadre d’une infection de type bronchiolite

Votre médecin vous à parlé de bronchiolite pour votre enfant ou vous en avez entendu parlé au journal du 20h…

Mais qu’est-ce c’est ? Quels sont les signes ? Et que faire?

Bronchiolite du nourrisson

Maladie virale

La bronchiolite est une infection virale très contagieuse qui touche les voies respiratoires. Le VRS (virus respiratoire syncytial) est majoritairement responsable de cette infection. Mais l’Adénovirus, le Rhinovirus ou le Parainfluenzae peuvent, eux aussi, être à l’origine de la bronchiolite.

On la définie par une infection des bronchioles (les plus petites divisions des poumons) chez des enfants de moins de 2 ans. Le virus peut, à savoir, aussi toucher les plus grands en provoquant rhume ou bronchite. Que se passe-t’il en cas de contamination ? Une inflammation des bronchioles se déclare avec présence d’un œdème. Par conséquent, une obstruction se met en place avec des bouchons muqueux, une hyper sécrétion de mucus.

Transmission du virus respiratoire

L’épidémie commence souvent vers le mois de Décembre avec une prépondérance dans les grandes agglomérations avec les pollutions et les activités en collectivités (crèche, école…)

Elle se transmet par les gouttelettes expectorées lors d’effort de toux, par la salive, sur les mains et les objets sur lesquels le virus peut être actif plusieurs heures.

La période d’incubation est de 2 à 5 jours avant les premiers symptômes.

Les symptômes

Le bébé présente, initialement, des signes de rhume, d’écoulement nasal avec une toux sèche.

Puis, la toux évolue et devient grasse. L’enfant peut avoir, aussi, des épisodes de fièvre, en général, peu important 38 – 38,5°C.

Par ailleurs, on constate aussi souvent une baisse d’appétit, une respiration rapide (polypnée) et parfois sifflante.

Traitement de la bronchiolite

Traitement médicamenteux

Les parents sont souvent surpris quand ils viennent au cabinet car leur médecin ou l’hôpital ne leur a prescrit que des lavages de nez et de la kiné, parfois du paracétamol en cas de fièvre .

La bronchiolite est une infection virale qui, normalement, évolue favorablement en quelques jours. En cas de surinfection et/ou phénomène inflammatoire plus important, le médecin peut prescrire un traitement complémentaire avec utilisation de baby haler, des corticoïdes, antibiotique ou autre.

Mais ne soyez pas surpris de la simplicité du traitement. Dans la majorité des cas, ces prescriptions sont adaptés à votre enfant.

Que faire à la maison pour aider bébé ?

Alimentation

  • Fractionner les repas si besoin : adaptez vous à votre enfant. Parfois, par expérience, ils ne veulent que téter leur lait, parfois que des choses lisses type yaourt, parfois des compotes. Ce n’est pas grave, imaginez-vous avec le nez bouché de glaires qui vous écœurent. Forcément, même nous, nous n’aurions aurait pas faim
  • Pensez à bien l’hydrater . Avant 6 mois, proposez de téter au sein plus souvent. Au-delà, votre bébé peut boire de l’eau minérale adaptée à l’alimentation des nourrissons. Avec les difficultés à respirer, ils peuvent avoir un inconfort avec bouche sèche. En outre, l’eau permet aussi de participer à la fluidification des sécrétions bronchiques.

Installation de bébé pendant la bronchiolite

  • Surélevez légèrement la tête de l’enfant dans son lit (plan incliné pour l’aider à respirer)

Lavage de nez (voir article dédié au mouchage pour les différentes modalités)

Humidification de la chambre

  • Humidificateur :  le débat reste ouvert… Certains sont pour, d’autres contre; je reste modérée sur ce sujet et perso, à la maison, j’utilise toujours le mien dès qu’ils sont pris pour leur confort. Il existe, là aussi, beaucoup de modèles différents. De préférence, choisissez plutôt un humidificateur avec un hygromètre intégré ou achetez un hygromètre à côté afin de réguler au mieux l’humidité chez vous, et uniquement en cas de besoin. Comme nous, bébé aura le nez bouché et la gorge irritée si l’air est trop sec, et tendance à avoir la bouche sèche et boire plus. La pédiatre nous a conseillé, en cas d’encombrement, de régler l’appareil sur 60% d’humidité dans la chambre. Etant toutefois assez bruyant, nous le laissons tourner la journée pour se réguler et l’éteignons la nuit. De cette manière le taux d’humidité diminue légèrement mais cela reste correct. Ce qui est important, c’est d’avoir au minimum 48% d’humidité dans leur chambre. Si celle-ci est chauffée à l’électrique ou si vous utilisez un chauffage au bois, l’air y sera plus sec. Attention, l’utilisation d’un humidificateur demande un entretien et un lavage très régulier pour ne pas favoriser l’eau stagnante et le développement de bactéries.
  • Si vous n’avez pas d’humidificateur, pas de panique. Le saturateur peu déjà aider. J’entends parfois qu’il faut étendre son linge dans la chambre, je suis tout à fait contre. La lessive est particulièrement irritative pour les voies respiratoires. En cas de difficulté spontanée respiratoire, vous pouvez faire couler de l’eau très chaude dans votre salle de bain pour avoir un effet « hammam ». Ainsi, vous pouvez faire respirer votre bébé quelques minutes. Autre possibilité, utilisez votre cocotte minute, mettez sous pression de l’eau et ouvrez le bouchon pour évacuer la vapeur avant de coucher bébé.

Kinésithérapie respiratoire

En cas d’encombrement important, la kinésithérapie respiratoire est un traitement souvent prescrit. Bien que parfois critiquées par les scientifiques, ces séances apportent une nette amélioration chez l’enfant.

Par conséquent, le kinésithérapeute permet de dégager l’enfant. 

Comment limiter la contagion ou l’infection du VRS ?

  • Aérer bien votre maison ou appartement régulièrement
  • Lavez vous bien les mains
  • N’embrassez pas votre enfant ou ne laissez pas des personnes ou enfants enrhumés embrasser votre bébé sur le visage et/ou les mains
  • Evitez les lieux trop fréquentés, notamment par des enfants infectés

En conclusion, la bronchiolite est une maladie virale infectieuse très contagieuse. Afin de limiter les risques de contamination, le mieux est de respecter quelques précautions. Si votre enfant est atteint, vous pourrez déjà l’aider en l’installant au mieux, en lui dégageant le nez et en adaptant ses repas. Enfin, la kinésithérapie respiratoire reste un traitement de choix non invasif. Dans ce cas, elle peut vous être prescrite sur avis de votre médecin.


Estelle
Estelle

Masseur kinésithérapeute diplômée d'Etat et ostéopathe , je suis surtout une maman passionnée par tout ce qui tourne autour de la natalité et parentalité.