La constipation est un réel problème chez certaines futures mamans pendant la grossesse. Pourquoi a-t’on des problèmes de transit ? Quelles sont les astuces faciles à mettre en place sans contre indication pour bébé ?

Quand parle t’on de constipation ?

La constipation est un dysfonctionnement du système digestif. Il y a un ralentissement du transit. On retrouve, soit des selles peu fréquentes, à raison de moins de 3 fois par semaine, soit des selles rares, ou encore des selles sèches, avec difficulté à être évacuées. Ainsi, on parle en terme médical « d’insatisfaction lors de la défécation ».

Vous êtes donc constipées ou vous présentez au moins deux critères de Rome III,classification internationale pour caractériser les troubles intestinaux, sur une période de 3 mois minimum :

  • Moins de 3 selles par semaine ;
  • Effort à l’évacuation ;
  • Selles dures ou grumeleuses ;
  • Sensation d’évacuation incomplète ;
  • Sensation de blocage ano-rectal ;
  • Nécessité de manœuvres manuelles facilitatrices.

Les hormones interviennent dans la constipation au cours de la grossesse

Au cours de la grossesse, la concentration sanguine de l’hormone progestérone augmente. Cette molécule, initialement sécrétée par le corps jaune gravidique, doit maintenir un taux suffisant afin de développer la muqueuse utérine et assurer une grossesse. Puis, elle est ensuite produite à partir de 8 SA par le placenta à 75% et à 25 % par le fœtus.

Certaines d’entre vous ont peut-être eu, en cas de difficultés de procréation ou d’antécédents de fausses couches, à débuter juste après la date d’ovulation, un traitement progestatif de synthèse (type Duphaston…) pour favoriser le départ d’une grossesse, la nidation et surtout le maintien utérin de l’œuf. Ce dernier est à poursuivre les 3 premiers mois de grossesse en général.

Cette hormone, essentielle à la grossesse, intervient sur la diminution des contractions utérines, le développement de la glaire cervicale et la fermeture du col pendant la gestation.

De plus, si l’utérus est un muscle, il n’est pas le seul à subir l’action de cette hormone. Ainsi, l’estomac, la vésicule biliaire et, en ce qui concerne notre article, les intestins, endurent aussi ce changement.

Par conséquent, la progestérone ralentit le mouvement péristaltique. C’est, en l’occurrence lui, qui fait avancer votre digestion normalement. Du reste, ce ralentissement facilite l’absorbation des nutriments mais malheureusement, cela engendre la constipation.

Changement d’organisation du système digestif

Au fur et à mesure que l’utérus se redresse et que votre fœtus grandit, vos organes s’adaptent. Ils laissent de la place et viennent s’écraser vers le fond de l’abdomen ou se plaquer dans les angles costaux, notamment pour le colon. Les organes digestifs voient leur espace diminué et à cet égard, leur motilité (mouvement permettant l’avancer du bol alimentaire dans le système digestif) est réduite.

Le manque de mouvement

Certes, avec la grossesse, il est inutile de vous préciser que le sport soutenu est plus que déconseillé. Cependant, le manque d’exercice cumulé au ralentissement du transit n’améliore évidemment pas votre système digestif. Et beaucoup de femmes, entre fatigue, changement morphologique avec la prise de poids, et peur de faire des mouvements contre indiqués, ne bougent plus beaucoup.

Quelles sont les conséquences de la constipation pendant la grossesse ?

Si la constipation est une pathologie bénigne du système digestif, elle est encore plus mal tolérée enceinte.

En général

Si chez certaines femmes, la constipation peut être asymptomatique et ne pas déranger. Dans la majorité des cas, on peut éprouver des conséquences mécaniques avec de réelles souffrances et un inconfort digestif. Des nausées peuvent apparaître. Et l’évacuation des selles peut être très douloureuses et difficile.

Périnée et constipation pendant la grossesse

Les pressions deviennent plus importantes sur la vessie et le plancher périnéal en général. L’augmentation du volume abdominal accompagné de l’assouplissement des tissus sous l’influence des hormones de grossesse rendent le périnée plus fragile et affaibli.

C’est pourquoi, un effort de poussé important et répété, pour évacuer les selles lors de la constipation, peut abîmer le plancher périnéal, les sphincters, voire induire des fissures anales.

Hémorroïdes

On parle de crise hémorroïdaire lorsque les veines situées autour et à l’intérieur de l’anus se dilatent. Il y a de vives douleurs lors de la défécation avec des saignements possibles internes. Ces hémorroïdes sont la conséquence de l’augmentation de pression abdominale et de la constipation. Le mieux, pour les éviter et améliorer la situation, est de réguler la constipation au cours de la grossesse.

Douleurs lombaires et constipation lors de la grossesse

Des tensions peuvent survenir dans le bas du dos. En somme, le contenant du colon, sec et dur, entraîne une augmentation de pression abdominale se répercutant sur les parois musculaires postérieures. Pour ces raisons, vous pouvez ressentir des douleurs lombaires uni ou bilatérales.

Première astuce : l’hydratation

Nombreuses d’entre-vous sont mal prises en charge et peu conseillées afin d’améliorer l’état de votre constipation.

Que peut-on faire pour améliorer le transit ? Tout d’abord, augmentez votre hydratation. La constipation est aussi l’émission de selles qui paraissent sèches et dures.

eau hydratation

Partant de ce fait, l’augmentation de votre quantité hydrique au cours de la journée (au moins 1,6L à 2,3L d’eau recommandé par jour) améliorera déjà la consistance des selles. Ces dernières réhydratées seront plus faciles à évacuer. L’eau d’Hépar est conseillée car elle a des vertus laxatives. Vous pouvez aussi consommer des tisanes et jus de fruits (orange, pruneau, lait, ou bouillon de légumes par exemple…).

2ème astuce : l’alimentation

Cependant, l’hydratation ne peut suffire en général. Il faut également modifier votre alimentation. Vous devez consommer toujours au moins 5 fruits ou légumes frais par jour : fruits à pépins, fruits rouges, pruneau, kiwi, agrumes… Et il est préférable, en cas de constipation, de favoriser les aliments riches en fibres alimentaires. Préférez un pain complet (de préférence Bio), aux céréales ou au son plutôt que du pain blanc. Les fruits secs sont riches en magnésium et énergétiques. Les céréales sont pleines de fibres, ainsi que les potages qui vous apporteront également une hydratation non négligeable. Vous pouvez incorporer à votre vinaigrette habituelle une cuillère à soupe d’huile de paraffine.

l’activité ou le sport, sans contre-indication de la part de votre médecin obstétricien, veillez à conserver une activité physique douce non traumatisante en respect avec votre corps et votre bébé. La natation, le yoga prénatal, sont notamment des loisirs préconisés pendant quelques mois.

Vous pouvez marcher 20 à 30 minutes à votre rythme. Ainsi, le mouvement du bassin alterné lors de la marche et la respiration favoriseront votre système digestif. Par conséquent cela peut favoriser un retour à la normale de votre constipation passagère en complément des adaptations alimentaires.

Bougez !




4ème astuce : prenez de bonnes habitudes

plombier et grenouille sur toilette constipation
Ne laissez pas la constipation s’installer

Notamment, une bonne installation sur les toilettes. Cela ne prend pas de temps mais juste de bonnes habitudes. La physiologie de notre corps n’est pas adaptée à la position assise des toilettes. Cela ferme le rectum et limite l’évacuation des selles. Installez-vous donc les pieds légèrement surélevés sur un marchepied, par exemple, et vous pouvez vous penchez un peu en avant.

Faites la technique de la « sarbacane » : une fois installée, placez devant votre bouche votre main, poing fermé et pouce rentré dans la paume, réalisez une expiration buccale dans votre main contre résistance des doigts fermés. A réaliser plusieurs fois.

Surtout, prenez votre temps, on ne force pas sur son périnée !

5ème astuce : l’homéopathie, probiotiques et constipation pendant la grossesse

Dans le cas où malgré tout ceci, à savoir les modifications alimentaires, hydriques, le mouvement et l’installation, vous souffrez toujours de constipation, vous pourrez faire appel à un traitement de probiotiques. Pour cela, demandez des renseignements auprès de votre pharmacien qui pourra aussi vous donner un traitement par homéopathie.

Dans le cadre de la constipation de grossesse, c ‘est Collinsonnia canadensis 5Ch qui est conseillé. La posologie est de 3 granules, à prendre 2 à 3 fois par jour.

Avec tout cela, mesdames, votre état de constipation doit s’améliorer ! Si cela n’est pas le cas, il faudra alors toutefois consulter votre médecin.

<script type= »text/javascript » src= »https://app.getresponse.com/view_webform_v2.js?u=whCoA&webforms_id=SNrCo »></script>


Estelle
Estelle

Masseur kinésithérapeute diplômée d'Etat et ostéopathe , je suis surtout une maman passionnée par tout ce qui tourne autour de la natalité et parentalité.