La grossesse est un voyage qui nous réserve beaucoup de surprises, le corps change physiquement, et chimiquement aussi, pendant ces 9 mois. Le diabète gestationnel peut devenir un « dommage collatéral » de la grossesse. Mal connu et compris par les patientes, nombreuses futures mamans s’interrogent sur pourquoi? Comment diagnostiquer ce diabète? Quels en sont les traitements, risques et conséquences?

grossesse nature bien être

Qu’est-ce que le diabète gestationnel?

On l’appelle aussi diabète de grossesse.

Le diabète, en général, résulte d’un état d’hyperglycémie, lorsque le taux de sucre sanguin est trop élevé et que le corps n’arrive pas à créer la réaction adaptée et suffisante pour le réguler.

L’insuline est une hormone sécrétée par le pancréas qui permet de réduire le taux de glucose dans le sang. On dit qu’elle est hypoglycémiante. En conséquence, lorsqu’un dérèglement d’insulinosécrétion subvient, le taux de glucose sanguin peut varier et engendrer un diabète.

Trois types de diabète existent:

– le diabète de type I : le corps n’est pas capable ou peu de produire de l’insuline. Les personnes atteintes le sont dès la naissance et doivent prendre des traitements comprenant des injections ou pompes à insuline à vie.

– le diabète de type II: il subvient plus tard dans la vie à un moment où le corps produit bien de l’insuline, mais la sécrétion est inadaptée. Un régime alimentaire adapté et le plus souvent une prise orale de médicament constituent le traitement de ce diabète type II

– le diabète gestationnel ou de grossesse, lui, subvient la première fois au cours de la grossesse. C’est pour cela qu’on le nomme ainsi. Non permanent, il ne nécessite, la plupart du temps, pas de traitement médicamenteux et disparait après l’accouchement.

Pourquoi ce diabète apparait au cours de la grossesse?

On distingue deux périodes différentes chez la femme enceinte pour cette régulation du taux de sucre sanguin.

Première partie de la grossesse, évolution de la glycémie

Ce n’est pas, en général, la période où l’on peut diagnostiquer un diabète gestationnel.

Au début de grossesse, les variations du taux d’hormones en œstrogènes et progestérones, accompagnés de modifications digestives, sont responsables d’une légère augmentation de la sensibilité de l’organisme à l’insuline.

La femme enceinte aura plutôt tendance à faire de l’hypoglycémie au cours de cette période.

Seconde partie de grossesse, à partir de second trimestre

Le fœtus grandit. Ainsi au 3ème mois de grossesse, l’embryon devient fœtus. Tous ses organes sont en place et commencent à fonctionner. Le placenta lui aussi prend du volume. Entre fœtus et placenta, la demande en sucre, glucose augmente considérablement pour faire face à l’augmentation métabolique. Pour libérer suffisamment de substrats, la résistance de la mère à l’insuline augmente. Face à ces mécanismes qui font monter la glycémie, d’autres enjeux hormonaux auront tendance à faire réduire ce taux.

Le pancréas est comme un peu « perdu » dans toutes ces informations. A partir de ce second trimestre, il devrait pouvoir augmenter sa production et libérer de l’insuline pour maintenir son taux stable. Dans le cadre d’un diabète gestationnel, il n’arrive pas à adapter suffisamment la sécrétion d’insuline. Par conséquent, le taux de sucre dans le sang devient trop élevé (au delà de 1,26g/L de sang), le corps devient intolérant au glucose, c’est l’hyperglycémie.

Quels sont les symptômes du diabète gestationnel?

Avec tous les symptômes que l’on peut vivre enceinte, il passe parfois inaperçu.

Le diabète gestationnel ne présente pas les mêmes symptômes qu’un diabète de type I urines abondantes et fréquentes, sensation de soif anormale, amaigrissement malgré un appétit stable, fatigue, troubles de la vision, douleurs abdominales, infections sont les principaux symptômes du diabète de type 1.

Enceinte, vous ne vous rendrez pas forcément compte que le diabète vous donne encore plus l’envie d’uriner, ou l’envie de boire. La fatigue peut, elle aussi, être confondue avec les changements provoqués par la grossesse. Parfois, vous pourrez souffrir de maux de tête.

Par conséquent, ces symptômes peuvent tout à fait se camoufler au cours de la grossesse.

lecteur de glycémie diabète gestationnel
Lecteur de glycémie

Comment diagnostiquer le diabète de grossesse?

Vous vous souvenez d’une amie qui a fait le fameux test du glucose deuxième trimestre de grossesse. Cela ne s’oublie pas !

Mais avant tout, le premier signal d’alarme se fait par une simple prise de sang dans laquelle le taux du glucose sanguin est dosé entre la 24 et 28ème semaine.

Suite aux résultats et aux facteurs de risque estimé par le médecin (prise de poids, antécédent sur une précédente grossesse, âge, antécédents familiaux, etc.), il est possible que votre gynécologue vous prescrive le test du glucose HGPO ( hyperglycémie provoquée par voie orale).

Comment se déroule ce test ?

Vous allez vous rendre à votre laboratoire (sur rendez-vous en général) à jeun, donc un matin.

Vous commencerez par un premier prélèvement sanguin pour vérifier à jeun votre glycémie.

Puis, parfois, les laborantins vous placent dans une salle de détente car il va falloir attendre un temps… long… très long

Vous allez boire un liquide très sucré, je dirais même écœurant, dosé à 75g.

Avec un peu de chance, votre labo placera ce sirop au frigo, c’est toujours moins désagréable que tiède.

Ensuite vous allez patienter, et au bout d’une heure, vous aurez une nouvelle prise de sang puis une seconde après 2h.

Il est probable que ce test au glucose vous provoque des nausées, parfois des malaises. Ce qui est néanmoins amusant, c’est qu’avec l’apport concentré de sucre, votre bébé va danser la salsa, c’est incroyable. Perso, avec les jumeaux c’était la fête, Ibiza dans mon ventre!

Suite à ce test, on déduit une absence d’anomalie si votre glycémie ne dépasse pas ces taux :

  1. Glycémie à jeun : 5.1 mmol/L (0.92 g/L)
  2. A 1H Glycémie : 10 mmol/L (1.80 g/L)
  3. enfin Glycémie à 2h : 8.5 mmol/L (1.53g/L)

Comment traite-t’on le diabète gestationnel?

Dans la majeur partie des cas, une surveillance hygiéno-diététique, avec une alimentation adaptée accompagné d’activité physique régulière (si vous ne présentez pas de contre-indication particulière) peuvent suffire. https://jamaiscinqsanstoi.fr/pourquoi-faire-du-sport-pendant-la-grossesse)

Ainsi, la mise en place d’une surveillance de glycémie avant et après repas régulière permet de contrôler le taux de sucre et sa régulation. A jeun, ce taux mesuré ne doit pas dépasser 0,95g mais 2h après un repas, cette valeur augmentée ne doit pas aller au delà de 1,2g.

Ensuite, au delà de ces normes, il peut arriver que votre médecin vous propose un traitement par insuline.

Quels sont les risques de ce diabète lors de la grossesse?

Chez le fœtus, l’apport en glucide sera supérieur à ses besoins et il ne sera pas en mesure de produire lui même l’insuline permettant de réguler convenablement ce taux. Par conséquent, il risque de prendre notamment plus de poids car le sucre va se transformer en tissu adipeux. On parle de fœtus « macrosome ». A la naissance, on retrouve des bébés dont le poids peut dépasser les 4kg.

A la naissance, le bébé présente parfois une hypoglycémie également. Il sera surveillé par des tests réguliers.

Rarement, il peut exister des effets plus importants dans les cas de diabète gestationnel graves non équilibrés, tel que les malformations cardiaques.

Chez la maman, ce diabète gestationnel va provoquer de possible difficultés à l’accouchement liées à la macrosomie. Quelques fois, ceci conduira à un accouchement plus long, nécessitant l’utilisation d’instrument comme la ventouse, ou une césarienne si le diamètre du bassin ne permet pas l’accouchement par voie basse.

Rassurez-vous, cela n’est pas systématique, heureusement ! Nombreuses mères ayant accouchées de gros bébé n’ont pas eu recours à des instruments ou à la césarienne.

Par contre, le diabète gestationnel peut devenir plus dangereux chez la femme enceinte. Il devient un facteur aggravant à l’origine d’hypertension artérielle gravidique et prééclampsie.

Après accouchement, le diabète gestationnel disparait. Par contre, lors d’une prochaine grossesse, la mère à plus de risque d’avoir de nouveau du diabète gestationnel. De plus, à long terme, il y a un risque d’apparition de diabète de type 2.

Quelques conseils alimentaires

Qui dit glycémie, dit sucre !

Alors, si vous n’êtes pas suivie par une diététicienne, voici quelques conseils pour essayer de rééquilibrer votre alimentation et ne pas faire trop d’erreurs.

  • limiter les aliments à indice glycémique élevé : les sucres rapides, gâteaux, bonbons, céréales industrielles, boisson sucrée
  • favoriser les aliments à indice glycémique bas comme les céréales complètes (bio de préférence), pain complet (attention pain blanc fait partie des sucres rapides), riz complet
  • puis, surtout, mangez équilibré, souvent, mais peu, ceci aidera aussi en cas de nausées de grossesse
aliment à bas index glycémique pain céréales complètes
Céréales complètes

Ne vous inquiétez pas, la surveillance régulière et l’accompagnement par votre équipe soignante vous permettra une prise en charge adaptée. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou sage femme! Enfin, sans contre indications médicales, conserver une activité physique régulière et adaptée au cours de la grossesse.

Pour en savoir plus :

Diabète et grossesse- DES Poitiers mars 2006- Alain Fournié

https://www.louvainmedical.be/sites/default/files/content/article/pdf/lmed-12-2016-01-pirson.pdf


Estelle
Estelle

Masseur kinésithérapeute diplômée d'Etat et ostéopathe , je suis surtout une maman passionnée par tout ce qui tourne autour de la natalité et parentalité.