L’acquisition du langage oral est une grande étape dans le développement de l’enfant. Au rythme de chacun, elle n’est pas toujours facile et beaucoup de parents s’interrogent, doutent, s’inquiètent sur l’évolution de leur enfant.

Sandrine Michaud-Pruneau, orthophoniste installée en libérale depuis 2002 à Pontarlier, a accepté de se soumettre à quelques questions pour nous éclairer sur le sujet.

enfant et dévellopement du langage. enfant au téléphone

Le langage

Comment définir le langage de manière générale? Je dirais, sans doute, qu’il s’agit d’un moyen de partager avec autrui ce que l’on pense, ce que l’on est, ou ce que l’on ressent de façon volontaire ou non par différents mode de langage :

– oral, la parole, les sons, mais je rajouterais aussi la musique

– écrit, graphique, braille

– corporel

– signé

– le langage visuel, lumineux ..

Ce sont tous ces stimuli qui nous permettent d’interagir les uns avec les autres et notre environnement.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser plus particulièrement au langage oral et comment l’orthophonie peut intervenir en cas de difficultés.

L’ortophonie ou logopédie

Pratiquée par l’orthophoniste, logopède ou logopédiste selon le pays, l’orthophonie est une profession paramédicale. Le praticien suite à 5 ans d’étude (en France) va pouvoir exercer en libéral, en centre spécialisé ou milieu hospitalier. Son rôle est multiple et souvent méconnu. La rééducation concerne entre autres le langage oral, écrit, les troubles de la parole ou encore, troubles de la respiration, déglutition, alimentation.

La personne ou l’enfant sera adressé à l’orthophoniste (logopédiste) par un médecin afin de réaliser un bilan approfondi. Puis le professionnel réalisera une série de séances afin de rééduquer les troubles si nécessaire.

L’acquisition du langage

L’acquisition plus que « l’apprentissage » du langage est très variable d’un enfant à l’autre.

A partir de quel moment l’enfant prononce-t’il ses premiers mots?

Entre 9 et 18 mois, un enfant peut être en mesure de prononcer ses premiers mots. Cependant, il y a une grande variabilité interindividuelle. Mais un mot déformé est compté comme un mot, même mal prononcé ou articulé.

Quand peux t’on échanger et communiquer avec son bébé?

Lorsque le langage verbal n’est pas encore mis en place, le jeune enfant peut se faire comprendre malgré tout. Dès 8-9 mois, l’enfant peut utiliser des gestes à visée communicative (faire au revoir de la main), dès 11 mois, il peut pointer pour obtenir quelque chose. Dès 9 mois, les premiers mots ont une valeur communicative.

A partir de quel âge mon enfant construira des phrases simples?

Entre 18 et 30 mois, l’enfant sera en mesure d’associer plusieurs mots ensembles pour leur donner un sens , obtenir ou décrire quelque chose. Ce sera la mise en place de phrases simples.

A partir de quand faut il s’inquiéter?

Il est légitime pour chaque parent de s’inquiéter pour le développement de son enfant. Chaque évolution est différente, au même âge on peut constater que certains enfants prononcent très bien des mots, construisent des petites phrases plus ou moins complexes alors que d’autres petits n’ont pas un vocabulaire bien articulé ni varié, des phrases impossibles. Quand est il important de réagir? voici quelques clefs pour guider les parents :

– Si à 6 mois l’enfant ne participe pas aux épisodes d’attention conjointe (c’est à dire maintenir son attention vers une personne ou un objet dans le but d’obtenir un échange), ou si la mise en place du regard et du suivi du regard se font mal. L’enfant ne fixe pas son attention sur un objet ou quelqu’un et ne suit pas le mouvement du centre d’intérêt

bébé bouche ouverte langage

– Lorsque l’enfant ne sonorise pas spontanément quand il manipule les objets.

– quand à 9-10 mois l’enfant semble indifférent à tout, qu’il n’imite pas spontanément les bruitages, les cris d’animaux, les mots.

– il est important de consulter aussi dans le cas où, à 12 mois, l’enfant ne babille pas.

– Si à 18-20 mois, l’enfant semble ne pas comprendre et présente peu d’intérêt pour les échanges verbaux.

– lorsque à 24 mois, l’enfant dit moins de 50 mots, qu’il utilise peu de verbes, ne produit que 4-5 consonnes, ne comprend pas des consignes simples.

– Si à 30 mois l’enfant ne fait pas d’associations de 2 mots au moins.

– A 36 mois si l’enfant ne fait pas de phrases ou bien ne pose pas de questions, il sera nécessaire de consulter pour obtenir un avis médical

Peut-on intervenir en qualité de parent pour accompagner son enfant dans l’apprentissage du langage à la maison? Faut-il attendre?

Il n’est pas toujours évident en qualité de parent de savoir comment faire pour assister son jeune enfant dans l’acquisition du langage. Ne rien faire et laisser l’enfant faire son bout de chemin à son rythme? Ou bien, le stimuler, lui proposer des activités variées pour faciliter son apprentissage?

Encourager l’interaction, attirer l’attention

Si l’enfant semble ne pas être dans l’interaction ou s’il ne développe pas des moyens de communication non verbale (gestes, pointage…), il ne faut pas attendre pour consulter. L’échange avec son enfant n’est pas nécessairement verbal. Initialement, la priorité est de développer les interactions, les tours de rôle, et développer l’attention conjointe. C’est dire porter ensemble son attention sur un objet ou le regard l’un sur l’autre, « capter son attention ».

Afin d’obtenir l’attention de tout petit, il ne faut pas hésiter à faire varier vos propres intonations, vos expressions du visage. Mais aussi, vous pouvez pointer et dénommer les objets en attirant l’attention de l’enfant sur ces derniers.

L’attention auditive du jeune enfant et le langage

Ensuite, afin de développer l’attention auditive, votre enfant s’intéressera aux bruits du quotidien, des animaux, ou alors des comptines. De plus, vous avez possibilité d’avoir recours aux livres très tôt en faisant toucher le livre, en s’extasiant, pointant et en dénommant. Prenez garde, toutefois, de ne pas anticiper les demandes de l’enfant. En conséquence, il est nécessaire de lui laisser la possibilité de chercher un moyen d’exprimer sa demande.

Le piège peut être de se focaliser sur la façon dont l’enfant communique à la place de son contenu. Il est inutile de le faire répéter, néanmoins reformuler avec la phrase correcte est plus judicieux.

Pour vous adresser à votre petit, il n’est pas nécessaire d’utiliser un langage bébé (ex: « dodo ») mais, au contraire, utiliser un vocabulaire approprié dans des phrases simples et courtes.

En outre, évitez de parler à la 3ème personne (« maman va venir te chercher ») à votre petit bout, préférez utiliser le pronom « je ».

Mon jeune enfant ne semble pas comprendre ce que je lui dit , pourtant il réagit et entend, que dois-je faire?

Surtout, continuez à lui parler mais faites des phrases simples et courtes avec une seule information à la fois. Vous pouvez, également, renforcer les mots « clés » par des gestes, des signes ou pointages. Afin d’aider votre enfant, sélectionnez le vocabulaire « courant » à renforcer et l’utiliser dans différents contexte pour le généraliser. Des petites consignes simples peuvent être réalisées par votre petit.

Voici un petit projet d’activité facile à mettre en place : prenez en photos les objets ou les actions de votre vie quotidienne et réalisez un petit imagier.

imagier enfant langage livre

Si, malgré tout, la compréhension est difficile, il sera nécessaire d’en discuter avec votre médecin. Il faudra d’abord s’assurer que votre enfant entende bien. Ensuite, si nécessaire, le médecin pourra aussi prescrire un bilan orthophonique.

Je n’arrive pas a comprendre mon enfant, je sens que cela le frustre, que dois-je faire?

Pas toujours simple la communication, mais il est important d’être calme et patient. Essayez de lui poser des questions fermées pour le guider. C’est à dire lui proposer plusieurs choix. Si l’enfant n’est pas intelligible mais que le contexte aide à comprendre la demande, lui proposer sans tarder sous forme de questions (« Est-ce que c’est ça que tu veux me dire? »). L’inciter à désigner et faire des gestes, montrer différemment.

Mon enfant inverse des sons , bégaie, ou zozote, est-ce que cela va se corriger seul, quand faut il consulter?

Le bégaiement est très fréquent entre 2 et 5 ans. Chez 3 enfants sur 4, le bégaiement disparaît spontanément avant 6 ans. En revanche, dès l’apparition du bégaiement, il est judicieux de consulter un(e) orthophoniste. Ainsi, vous bénéficierez de conseils et ajuster sa façon de communiquer avec son enfant.

Si l’enfant inverse des sons ou zozote un bilan orthophonique peut être réalisé dès la moyenne section de maternelle.

Les sons /s/ et /z/ sont les derniers à être mis en place. Il est rare de les travailler avant le grande section section de maternelle. On peut néanmoins préparer le terrain avant (se séparer de la tétine ou du pouce…).

Parfois une consultation orthodontique à partir de 3 ans peut être réalisée car certains orthodontistes travaillent en éducation fonctionnelle.

Mon enfant n’arrive pas à manger des morceaux, salive beaucoup, positionne mal sa langue ou la tire en permanence, est-ce que l’orthophonie peut l’aider? A partir de quand?

Les orthophonistes peuvent travailler en oralité alimentaire chez le très jeune enfant dès la naissance si l’enfant a des tétées très lentes, des reflux, des haut-le coeur ou plus tard, s’il refuse de la nourriture, des nouvelles textures, ne parvient pas à mastiquer. En cas de difficultés alimentaires, il est important d’évoquer la plainte au médecin afin de solliciter un bilan orthophonique pour une stimulation en oralité.

Mon enfant va rentrer à l’école et ne sais pas faire de phrases, que faire? Va t’il réussir à s’intégrer? Et réaliser ce qui va lui être demandé en classe?

Si votre enfant ne fait pas de phrases en rentrant à l’école mais qu’il donne du sens à ce qui est proposé, qu’il imite, qu’il s’intéresse aux activités et comptines, comprend les histoires, il ne sera certainement pas pénalisé. L’année de la petite section constitue souvent un grand changement sur le plan langagier. Le bain de langage et la stimulation des autres enfants sont souvent très aidants.

Est-ce que le retard pris au niveau du langage oral va retarder mon enfant dans ses apprentissages notamment langue écrites, le graphisme ou logiques mathématiques?

communication entre deux 
enfants apprentissage langage

La mise en place du langage se fait à un rythme très variable d’un enfant à l’autre. L’important, c’est l’évolution et les progrès de l’enfant même s’il existe encore un retard.

Certaines confusions de sons proches à l’oral (ex: c/g, p/b) par manque de discrimination auditive peuvent avoir des répercussions à l’écrit mais ces difficultés ne sont pas irrémédiables. Pour certains enfants, le passage à l’écrit aide la parole et permettent une amélioration du langage. Si l’enfant a été suivi en orthophonie pour un retard de langage, il ne faut pas hésiter à refaire un bilan de langage écrit au moment de l’apprentissage de la lecture et production écrite dès la fin du CP pour s’assurer que le langage écrit se mette bien en place.

En Grande section de maternelle, si l’enfant a des difficultés de conscience phonologique (la conscience phonologique joue un rôle majeur dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture), de discrimination visuelle, graphisme, orientation spatio temporelle… un bilan des pré-requis au développement du langage écrit est alors conseillé.

Un grand merci à Sandrine Michaud-Pruneau pour ses réponses professionnelles et la prise en charge des enfants !


Estelle
Estelle

Masseur kinésithérapeute diplômée d'Etat et ostéopathe , je suis surtout une maman passionnée par tout ce qui tourne autour de la natalité et parentalité.