L’insomnie pendant la grossesse n’est pas chose rare et l’inverse, l’hypersomnie non plus. Les changements physiques et physiologiques sont importants et sont responsables de troubles du sommeil. Pourquoi ? Quelles en sont les conséquences ? Que faire pour améliorer vos nuits?

Le rôle du sommeil

Dormir, c’est inévitable au quotidien ! Mais cela se complexifie au cours de la grossesse. Entre changements morphologiques et hormonaux, tout change.

Le sommeil conditionne beaucoup de choses. Entre autre, il est un facteur de bonne santé physique et psychologique. Lorsque nous sommes suffisamment reposées, nous sommes plus dynamiques et donc, moins fragiles aux microbes et bactéries. Avez-vous remarqué que nous sommes également plus compétentes ?

Nos capacités de mémoire et de concentration sont optimales. Par ailleurs, notre moral est meilleur et nous sommes moins sujettes à l’irritabilité. Au cours des trois trimestres de grossesse, votre qualité de sommeil variera. Ceci sera en lien avec les modifications hormonales, les transformations physiques et les angoisses ou excitations.

Pour notre petit bout en plein développement, les insomnies répétées sont elles aussi néfastes. En effet, lorsque la maman manque de sommeil, le corps sécrète plus d’hormones cytokine. Cette hormone qui intervient dans le système immunitaire peut, en excès, réduire la circulation sanguine placentaire. Par conséquent, notre bébé est moins bien vascularisé, et à plus de risques d’avoir un poids plus faible à la naissance.

sommeil grossese

Au cours du premier trimestre, c’est l’hypersomnie

Au cours du premier trimestre, les modifications physiques restent discrètes. Il se peut que les tiraillements ligamentaires, de la poitrine, gênent au cours du sommeil. De plus, les nausées et l’envie d’uriner peuvent également perturber vos nuits en vous réveillant régulièrement.

La progestérone (hormone produite pendant la grossesse par le corps jaune puis par le placenta) joue un rôle important dans l’implantation de l’embryon et intervient aussi pour limiter les risques de fausse-couche. En contrepartie, cette augmentation hormonale est en faveur d’une hypersomnie. Il devient vraiment difficile de lutter face à ses coups de fatigue.

Au travail, essayez de vous ménager de petites pauses, de vous lever, marcher un peu en respirant profondément. L’idéal est de pouvoir faire une courte sieste récupératrice au cours de la journée pendant une vingtaine de minutes. Privilégiez des nuits récupératrices en vous couchant tôt et en prenant le temps de vous installer confortablement dans votre lit. Il arrive que le stress de la fausse-couche des trois premiers mois, comme des problèmes divers d’organisation familiale et personnelle, troublent cette qualité de sommeil.

Personnellement, les premiers trimestres de mes grossesses ont été terribles. J’étais obligé de faire des pauses de 5 minutes de sieste dans les toilettes de l’hôpital dans lequel je travaillais pour ma première grossesse. L’oreiller était dans la voiture avec un plaid pour dormir à l’heure de la pause déjeuner. Pour les grossesses suivantes, pas mieux, parfois obligée de m’allonger rapidement car une envie de dormir subite me tombait dessus !

Second trimestre, c’est l’accalmie

Vous retrouverez la pêche ! En général, plus de nausées, et vous n’êtes pas encore trop embêtée par un ventre trop volumineux ni par des troubles circulatoires ou de respiration.

Profitez-en ! Votre sommeil redevient récupérateur et vous avez meilleure mine. En gros, c’est la période la plus sympathique de la grossesse.

Le troisième et « ouf » dernier trimestre

C’est le retour de la fatigue, et oui désolée! Il est plus difficile de se mouvoir dans le lit pour trouver une position de confort. Le ventre prend de la place, on dirait un cachalot échoué sur la plage, il faudrait une grue pour se retourner…

Ensuite, vous pouvez vous sentir opprimée et avoir du mal à respirer en position allongée sur le dos. Les problèmes de dos et de sciatique peuvent, également, vous rendre le repos compliqué. Vous aurez peut-être du mal à vous allonger si vous souffrez de brûlures d’estomac. Bref, dormir semi assise dans le canapé ne devient plus un mythe mais une réalité !

Et enfin, à l’issue de la grossesse, la préparation de l’accouchement, des affaires de bébé, l’excitation et les peurs liées à l’arrivée d’un petit bout dans votre vie, seront susceptibles de vous faire passer des nuits très courtes voire de vivre de longues insomnies.

Les astuces repos sommeil

Soyez détendue, travaillez votre respiration profonde, limitez les écrans et les évènements ou activités stressantes. Dans ces conditions, il faut vous accorder, sans culpabilité, des temps de repos voire de sieste, et réguliers. De plus, se promener reste l’activité de choix, associé aux massages, pour vous permettre d’avoir un meilleur sommeil.

Vous pouvez trouver, avec l’aide de pharmaciens ou d’herboristes, des tisanes (mélisse, tilleul, camomille, passiflore) qui favoriseront votre relâchement.

Des traitements par homéopathie peuvent s’avérer aussi très efficaces pour vos nuits, renseignez-vous !

Par exemple, pour le stress avec réveil de nuit et insomnie, vous pouvez utiliser de l’Arsenicum album, 1 dose en 15 CH une fois par semaine ou 3 granules au moment du coucher en 9 CH. En outre, si vous vous sentez oppressée en permanence, vous pourrez également prendre du Gelsemium.

installation au lit grossess

Par conséquent, prenez le temps de vous reposez, vous détendre est essentiel au cours de la grossesse. Pour votre confort, votre santé et celle de votre bébé, ne négligez pas votre sommeil. Ce dernier ne sera certainement pas toujours d’une bonne qualité, et vous serez parfois ko. Courage, cela ne dure quelques mois, après c’est bébé qui vous réveillera…


Estelle
Estelle

Masseur kinésithérapeute diplômée d'Etat et ostéopathe , je suis surtout une maman passionnée par tout ce qui tourne autour de la natalité et parentalité.